• 24 / 09 / 2015 Agence

    Entre la RTS et Virtua, une formule de collaboration intéressante

    L’occasion aussi d’évoquer les prestations offertes par Virtua en matière de location de services, une formule proposée aux entreprises pour répondre à leurs besoins. Petit éclairage avec Cyril Jaquet, Product Owner des développements mobiles de l’application Play RTS devenue incontournable.

    Pour inaugurer son nouvel espace de travail dont la surface a pratiquement doublé, Virtua S.A. a convié ses clients et partenaires au Grand Opening organisé le 23 juin dernier en présence des représentants des autorités municipales, histoire de marquer officiellement cette étape importante dans la vie de la start-up pionnière du digital, dont l’aventure a commencé à Aubonne en 1998 pour devenir une agence de communication à 360 degrés leader en Suisse romande.

    Dans son discours, le Syndic de Morges, Vincent Jaques, n’a pas manqué de relever l’importance que revêt toute nouvelle implantation d’entreprise aux yeux des élus municipaux qui portent une attention accrue à l’attractivité économique de l’agglomération morgienne. Il a également souligné le rôle de la communication avec les citoyens à l’ère du digital, un tournant majeur pour les collectivités qui sont appelées, elles aussi, à évoluer pour offrir l’interactivité qui fait désormais partie de notre quotidien.

    Parmi les nombreux participants de cette cérémonie officielle, soulignons la présence de Cyril Jaquet, responsable à la RTS de la gestion des applications mobiles Play RTS, accompagné de Nicolas Pietri, l’un des trois développeurs externes placé par Virtua sous la forme de location de services. Une formule originale proposée par l’agence aux entreprises qui disposent ainsi de compétences pointues dans les différents métiers du digital et peuvent compter sur des spécialistes expérimentés pour mener à bien un projet dans un laps de temps défini ou accomplir une mission pour laquelle la société ne dispose pas des personnes nécessaires en interne.

     

    RENCONTRE AVEC CYRIL JAQUET ET NICOLAS PIETRI

    A vous entendre, Cyril Jaquet, la location de services externes présente de nombreux avantages. Dites-nous lesquels ?
    Cela fait 13 ans que je suis actif dans le multimédia à la RTS et c’est peu de dire que les technologies ont fortement évolué ainsi que notre manière de travailler. La location de services est un apport stimulant pour toute l’équipe et bénéfique vu la nature de nos activités. Elle permet aussi de compléter nos équipes par des profils en adéquation avec de nouveaux besoins ou des technologies pointues, mais aussi sur le plan de la personnalité. Aujourd’hui, il est primordial de savoir travailler en équipe, à l’instar de Nicolas Pietri qui s’est magnifiquement intégré et s’implique dans la vie de l’entreprise. Ses facultés d’échange avec les autres lui permettent de solutionner rapidement des problèmes techniques. C’est en cela que cette collaboration est win-win, tout le monde y trouve son compte une fois l’immersion réussie.

    Quel challenge devez-vous relever au quotidien ?
    De par notre mission de service public, nous devons miser sur la qualité des applications et des fonctionnalités que nous développons, afin qu’elles soient prisées par les utilisateurs. Face aux géants du multimédia, comme YouTube ou Facebook, nous devons être extrêmement réactifs pour faire évoluer notre produit Play RTS et le rendre incontournable, dans l’esprit souhaité par la SSR, pour les quatre régions linguistiques du pays. Notre cheval de bataille, c’est la qualité pour limiter au maximum les coûts ultérieurs des ajustements. C’est pour cela que le responsable de la production multimédia, Léonard Bouchet, a introduit une organisation « agile » courant 2013.

    Comment fonctionne à présent votre équipe ?
    L’introduction des méthodes « agiles » ne s’est pas faite du jour au lendemain. C’est un processus qui a entraîné une profonde remise en question de l’organisation et du travail. Aujourd’hui, on engrange véritablement les effets bénéfiques et on ne voudrait pas revenir en arrière. Nous sommes en adaptation permanente et effectuons constamment les petits changements qui s’imposent au jour le jour, de manière à répondre très rapidement à l’évolution du marché. La particularité de ce système, c’est la délégation des choix technologiques à l’équipe qui s’auto-organise. La confiance qui lui est accordée est garante de notre gain en performance. Cela nous permet d’atteindre plus rapidement nos standards de qualité. Pas de mise en production tant que les critères ne sont pas totalement remplis!

    Que diriez-vous à ceux qui redouteraient de faire le pas vers ce type de management ?
    Ne pas avoir peur et faire confiance au système, car l’intelligence collective est puissante, extrêmement motivante et elle permet d’accomplir de belles réalisations. Pour cela, il faut accepter de totalement lâcher ses acquis et revoir sa conception du travail d’équipe. Je ne regrette pas une seule seconde le chemin parcouru ces deux dernières années qui fait de la RTS un acteur en mouvement.

     

    nicolas-cyril
    (de gauche à droite) : Nicolas Pietri, employé par Virtua, en compagnie de Cyril Jaquet, Product Owner Play RTS – mobile apps & player.

     

     

    LA LOCATION DE SERVICES : CE QU’EN PENSE NICOLAS PIETRI

    Pourquoi avoir choisi cette formule de travail ?
    Elle correspond à une période de ma vie professionnelle et me permet de continuer à rêver de partir tenter ma chance en Californie. Ceci dit, je suis plutôt de nature à m’engager pour une entreprise, j’ai besoin de m’impliquer et n’hésite pas à mouiller ma chemise pour donner satisfaction, tant à la RTS qu’à Virtua qui m’a fait confiance en m’offrant cette magnifique opportunité.

    Comment s’est déroulée l’immersion à la RTS ?
    Très naturellement, car l’organisation « agile » est totalement orientée sur le travail d’équipe. On est rapidement dans le bain et tous les matins, nous nous réunissons pour être constamment synchros. Nous fixons les priorités de la journée et évoquons les problèmes techniques rencontrés. C’est une ambiance de travail extrêmement motivante, car tout ce qui est accompli est valorisé. La confiance et l’autonomie dont nous jouissons nous responsabilisent, c’est l’équipe qui prend les options techniques. Nous ne ressentons de ce fait pas le poids de la hiérarchie habituellement présente dans les grandes entreprises.

    Votre statut d’externe entraîne-t-il une différence de traitement ?
    Absolument pas, la RTS associe pleinement les externes à ses activités, ce qui facilite d’ailleurs l’immersion et la compréhension de ses challenges. Nous avons beaucoup d’occasions de socialiser, ce qui me permet de rencontrer des personnes extraordinaires. J’ai la chance de participer aussi tous les deux mois au workshop organisé au plan suisse pour synchroniser notre travail entre les différentes régions linguistiques.

    Sur quel projet avez-vous récemment collaboré ?
    Je travaille souvent dans l’ombre pour optimiser des fonctionnalités, comme la récente uniformisation de la gestion des vidéos par la SSR, notamment par la mise à disposition du code en open source. Il m’arrive aussi de participer à des réalisations visibles pour le grand public, comme la mise en ligne des archives des grandes manifestations. Cela a commencé avec le Salon du livre, puis vu l’engouement des utilisateurs nous avons continué avec Paléo, le Festival de Montreux et c’est pas fini !

    Que rêviez-vous de faire petit ? Et plus tard ?
    Exactement ce que je fais aujourd’hui ! Tout jeune, j’étais déjà passionné par le mobile, alors devenir ingénieur, ça s’est fait dans la foulée. Je suis heureux de travailler à la RTS, dans cet univers challengeant qui me correspond bien. Cela ne m’empêche pas de caresser des rêves quand je vois l’effervescence et la créativité phénoménale de ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique.